Actualités

Absorption des filiales françaises

Absorption des filiales françaises

Pour améliorer la perception de nos offres, nous avons jugé utile de regrouper sous une seule entité administrative l’ensemble de nos activit... | En savoir plus

Séminaire BIGOUDENFISH  : 15 au 19 Octobre 2018

Séminaire BIGOUDENFISH : 15 au 19 Octobre 2018

Séminaire dédié à la pêche artisanale et destiné aux acteurs africains de ce secteur, qu’ils soient étatiques ou privés. Il se déroulera au... | En savoir plus

Qualité de la formation

KSI, notre centre de formation, détient désormais la certification VERISELECT délivrée par BUREAU VERITAS pour garantir la qualité dans la for...

NOUVEAUX LOCAUX

Dès le lundi 9 octobre, à Brest, GROUPE PRORISK vous accueille dans ses nouveaux locaux, 7 rue du Commandant Malbert à Brest, au port de comme...

Conseil en sûreté maritime et portuaire

GROUPE PRORISK assiste les acteurs du monde maritime pour l'application des  règles du code ISPS.

 

En France, notre filiale KSI est un organisme de sûreté habilité (OSH) depuis 2005. Elle est RSO dans d'autres pays.

 

Nous réalisons nos études au profit des compagnies, au sein des installations portuaires et des navires, en France comme à l'étranger.

 

GROUPE PRORISK intervient :

  • Par l'élaboration partagée des scénarios de menaces sur l'activité maritime et portuaire ;
  • Pour mener, à partir de ces scénarios, des évaluations de risques et émettre des recommandations de sûreté ;
  • Pour réaliser la rédaction des plans de sûreté selon ces recommandations et la politique de sûreté en vigueur ;
  • Pour réaliser les mises à niveau réglementaire des évaluation et plans de sûreté ;
  • Pour conduire des audits pour vérifier l'application cohérente du code ISPS et l'adéquation des plans mis en oeuvre à l'évolution du contexte local.

La qualité de nos travaux repose sur la veille réglementaire et l'actualisation des menaces.

 

En particulier, nos évaluations de sûreté intègrent, d'une part l'augmentation de la menace terroriste et, d'autre part, l'intégration de la cyberattaque comme acte malveillant, conformémement aux recommandations de la circulaire n°1526 de l'OMI.